Quand on écoute son intuition!

J’ai reçu mon rapport de vente pour mon récent livre, Réveillez le médecin en vous -Guide pour prendre votre santé en main (éditions ATMA). Quelle belle surprise d’y lire que 1100 copies se sont vendues au Québec en 3 mois de parution! Si je n’avais écouté mon intuition, il y a de cela 15 années, ce livre n’existerait pas.

Je suis touchée et fière de ce chiffre. Il me dit que vous êtes plus d’un millier de lecteurs à prendre votre santé en main, ce qui vous permettra de faire un pas de plus afin de vivre encore mieux, encore plus heureux, encore plus en santé!

Écoute ton intuition, elle te guidera vers tes plus belles réalisations!

Je vais vous faire une confidence: si ce n’était de ma tendance à n’en faire qu’à ma tête et celle d’écouter ma petite voix, ce troisième livre n’existerait pas. Si j’avais écouté les « bons conseils » de mes pairs, je n’aurais jamais osé suivre mon rêve de devenir auteure publiée.

L’idée d’écrire mon premier livre, Quête du bonheur professionnel – Guide de cheminement personnel (éditions Logiques), me fût inspirée soudainement, comme une évidence, lors d’une méditation où j’étais particulièrement angoissée et où je tentais de retrouver le calme et la voie à suivre. Je venais de quitter un emploi dont le salaire et les conditions étaient plus qu’avantageux, mais qui me rendait malheureuse et… angoissée! Je savais intuitivement que je devais faire ce choix de démissionner mais mes insécurités faisaient surface. Les vieux conditionnements et les croyances limitatives de « stabilité d’emploi » et « de difficulté de vivre de son travail autonome », qu’on nous rabâche depuis notre plus tendre enfance, hantaient mon cerveau!

Or, ce fût grace à cet état d’angoisse que l’idée d’écrire un premier livre me fut insufflée. Si j n’avais laissé cet emploi, j’aurais continué à vivre dans cette zone de confort inconfortable (oui, un antonyme choisi ici 😉 ) et n’aurais été placée dans la situation de recadrer ces vieilles croyances et conditionnements limitatifs. C’est ce que j’ai fait lors de cette méditation. Lorsque le calme dans mon corps fut retrouvé, j’ai lancé cette question dans l’Univers, en anglais de surcroit!

Now what?Maintenant je fais quoi? (traduction libre)

Et, j’en suis encore étonnée et fébrile, l’idée d’écrire un livre m’est venue à l’esprit aussi rapidement que la foudre nous surprend! Le titre, le contenu, tout! J’ai du sortir rapidement du bain afin d’écrire le tout. Je n’avais jamais pensé écrire un livre avant ce moment!

Les saboteurs s’en mêlent!

Enthousiaste à l’idée de ce nouveau projet, j’en parlais à mes amis, à ma famille, qui tous avaient de si bons conseils à me donner!

  • C’est pas facile de se faire éditer quand on est pas connu au Québec!
  • Ça l’air (j’aime toujours quand quelqu’un parle de Ça l’air…) que ça prend au moins 20 refus d’éditeurs avant d’être publié.
  • Ohhh! ça coute cher publier au Québec. Ça doit couter prêt de 20 000$!

Une belle gang d’experts auteurs dans mon entourage! Cela dit, d’aucun ne connaissait le milieu de l’édition… Mais Ça l’air, ça ils connaissaient bien!

Heureusement que ma tête de lionne enflammée répondait par une solution automatique à ces Ça l’air!

  • C’est pas facile de se faire éditer quand on est pas connu au Québec! m’a propulsé à me faire connaître!
  • Ça l’air que ça prend au moins 20 refus d’éditeurs avant d’être publié. m’a fait comprendre que j’allais peut-être devoir envoyer mon manuscrit à 21 éditeurs. Je commençai à créer la liste d’éditeurs potentiels au Québec.
  • Ohhh! ça coute cher publier au Québec. Ça doit couter prêt de 20 000$! m’a fait prendre conscience que j’allais possiblement devoir faire des activités de cueillette de fonds et de dons pour payer les ça l’air de frais d’édition…

L’expression « entrer par une oreille et sortir de l’autre » a pris toute son importance ici. Et j’ai aussi tu mon enthousiasme face à ce projet et l’ai partagé qu’avec mes amis très proches.

En conclusion pour le chapitre de ce premier livre édité: il fut publié par le plus grand éditeur du Québec à l’époque (groupe Quebecor) et on me paya une avance à la signature de mon contrat! Je n’ai cogné à aucune autre porte et n’ai déboursé aucun centime!  Il en fut aussi facile pour les deux autres publications.

La morale de cette histoire (bon je me sens matante là!):

Écoute ton guts! Laisse-les Ça l’air vivre leur vie de manière sécuritaire mais ne les laisse pas t’entrainer dans leur clan!

Et surtout, ne doute jamais de tes inspirations et intuitions provenant de ton âme, de ton Soi le plus profond. Les ignorer te mènera à vivre une vie terne et pleine de regrets.

Comme dernier « conseil de matante« : adopte la croyance positive et créative que « tous les rêves qui se pointent à ta conscience peuvent se réaliser ». En tout cas, ça l’air qu’ils le peuvent 😉

Bref, MERCI la Vie, merci à vous chers lecteurs. Je nous souhaite une vie remplie de défis, d’incertitudes, d’inconnu et de passion! Un génie nommé Einstein a prédit les plus grandes réalisations de ce monde par la citation suivante:

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

Avec amour,

Geneviève

 

 

Tags from the story
, , , ,
Autres articles par Geneviève Lafleur

VIVRE À 2 : Que cachent nos sautes d’humeur?

Voici la retranscription de mon article, paru dans le Magazine Vivre, édition...
Lire la suite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − un =

J’ai reçu mon rapport de vente pour mon récent livre, Réveillez le médecin en vous -Guide pour prendre votre santé en main (éditions ATMA)....
" />