Les combinaisons alimentaires : dites adieu aux troubles digestifs!

Plusieurs réponses aux inconforts et malaises corporels, tels flatulences, constipation, ballonnements, troubles digestifs et fatigue, trouvent leur issu dans les combinaisons alimentaires. Trop peu de gens comprennent et pratiquent le concept de saines combinaisons alimentaires, ou encore le perçoive comme un caprice. Or, il s’avère être une réalité digestive : plus on simplifie un repas, plus il devient facile de le digérer efficacement et plus on tire profit des aliments. Les combinaisons alimentaires existent pour simplifier les mécanismes de la digestion.

Concepts de la digestion optimale

Il y a trois concepts à retenir pour la digestion optimale des aliments :
1. Le respect de l’équilibre acido-basique des nutriments ;
2. Le temps de digestion des nutriments : les différents aliments sont digérés dans différentes parties du système digestif, ce qui implique que certains aliments pris avec d’autres peuvent nuire à la digestion.
3. Le volume alimentaire : tout aliment pris en trop grande quantité impose à l’organisme un travail digestif ardu. Il importe de limiter la quantité et le nombre d’aliments différents qui seront consommés lors d’un repas.

À titre d’exemple, les protéines, afin d’être bien digérées, requièrent un milieu acide dans l’estomac, et les glucides ou les féculents un milieu plus alcalin. C’est pourquoi, si nous visons une santé optimale, nous devons éviter de manger des glucides ou féculents avec des protéines. Pensez à l’effet que le vinaigre blanc (acidifiant) aura lors de l’ajout du bicarbonate de soude (alcalifiant) dans sa mixture. Essayez-le ! Il y aura automatiquement un débordement, l’équivalent des reflux gastriques et des ballonnements pour notre corps.

Les différents nutriments n’empruntent pas le même parcours dans le système digestif. Par exemple, les protéines se digèrent lentement dans l’estomac, en présence de sucs gastriques acides, alors que les glucides ne subissent pas de digestion stomacale et doivent se retrouver rapidement dans l’intestin afin de débuter leur digestion. Un mélange de ces deux nutriments cause donc un embouteillage dans le système digestif, ce qui crée une mauvaise assimilation du nutriment nécessitant un accès plus rapide à un organe se trouvant plus à la fin du système digestif. S’ensuivent automatiquement des désagréments physiques que nous connaissons tous.

Pour imager ces concepts, prenons l’exemple suivant : on choisit souvent un fruit en guise de dessert, croyant faire un choix santé. Or, les fruits, aliments essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association (combinaison alimentaire). Ils doivent toujours être consommés loin des repas, jamais pendant un repas, ni en fin de repas (totalement incompatible). Les protéines, qui font presque toujours partie de notre alimentation, prennent plus de temps à être digérées et nécessitent un milieu acide, alors que les glucides (dont les fruits font partie) nécessitent un milieu alcalin et sont généralement digérés en moins de 30 minutes, dans les intestins. Le fait d’ajouter des fruits par-dessus les protéines dans l’estomac fait en sorte que la digestion de l’un et l’autre se font mal et cela crée de la fermentation et des reflux gastriques.

En analogie visuelle, pensez à votre repas qui s’intercale en couche, selon les aliments ingurgités. Vous débutez par les protéines, qui ont une durée d’assimilation de quelques heures. Le système digestif entame son travail et hop ! vous lui envoyez une autre tâche, soit celle de la digestion des fruits, qui doivent se rendre directement aux intestins. Les fruits attendent leur tour et, comme le chemin est barré par les protéines, ne peuvent se rendre à destination, soit dans l’intestin. Ils attendent que le chemin s’ouvre, mais comme ils nécessitent un milieu différent et une durée d’assimilation plus courte, ils perdent espoir et s’éteignent par-dessus les protéines, fermentant et créant des reflux et brulements d’estomac. Il en résulte automatiquement un coup de pompe (vous savez ce manque d’énergie et cet endormissement au bureau, vers 14 :30), dû à l’énergie supplémentaire que notre système digestif doit effectuer afin de contrer ces combinaisons toxiques et nocives.

Un smoothie pour déjeuner?

Il en va de même pour la fameuse mode des smoothies en guise de petit-déjeuner dit santé : fruits, légumes, yogourt, graines et jus de fruits sont tous intercalés l’un sur l’autre puis mixés. Cette combinaison alimentaire affaiblit le système digestif et fait fermenter et pourrir les aliments. Des troubles digestifs, gaz, ballonnements et autres s’ensuivent.

Si on aime les smoothies et si aucun trouble de la glycémie ne subsiste, il est préférable de se faire des smoothies qu’avec des fruits pour débuter la journée. Puis, une heure plus tard, se faire un shake protéiné (sans la fameuse banane qu’on y ajoute souvent), où noix, graines et poudre protéinée de qualité sont mixées avec un lait d’amande (sans sucre ajouté) ou juste de l’eau.

Des gaz odorants: signe d’une bonne santé?

Au Québec, on utilise souvent l’expression spéculant que si nos gaz sont odorants, c’est signe d’une bonne santé! oui, nous parlons ici de pets ensemble!

Une personne qui ballonne facilement et qui a beaucoup de gaz devrait surveiller les combinaisons qu’elle fait avec les sucres. Les gaz dus aux sucres sont inodores. Ces personnes devraient faire de petits repas contenant des sucres et ne rien manger d’autre pendant au moins 90 minutes. L’idéal est évidemment de limiter grandement sa consommation de sucre. D’autres personnes ont quant à elles des troubles de putréfaction. Dans leur cas, ce sont les protéines, principalement la viande rouge, qu’elles doivent surveiller et éviter de mal les combiner. Ces cas de putréfaction produisent des gaz et selles nauséabonds.

Temps de digestion et combinaisons alimentaires

Les aliments mal combinés peuvent mettre jusqu’à huit heures à sortir de l’estomac et à passer, à divers degrés de fermentation, dans l’intestin grêle. Le corps doit donc consacrer plus d’énergie que normalement pour la digestion, ce qui entraine une baisse d’énergie et de concentration, car la circulation sanguine passe du cerveau à l’estomac. Les problèmes de sommeil, surtout lors de réveil entre 3 :00 et 4 :00, moment où le foie effectue son travail, peuvent aussi être la résultante d’un repas du soir défaillant au niveau des combinaisons alimentaires. Le corps cri Alerte rouge ! l’estomac a besoin de renfort ! et toute l’énergie vitale est dédiée à tenter de limiter les méfaits occasionnés par de mauvaises combinaisons alimentaires. Ce lourd processus digestif empêche le bon fonctionnement des mécanismes d’autorégénération et d’autoguérison du corps.

Source image : https://www.prevention-sante.eu/actus/bonnes-associations-alimentaires

Voici des pistes relatives aux mauvaises et bonnes combinaisons alimentaires.

Les aliments qui se combinent mal :
Protéines fortes (viandes, poisson, œufs, fromage, etc.) et les glucides et farineux
Fruits et tous les autres aliments

Les aliments qu’il vaut mieux manger seuls :
– Les fruits
– Le lait
– Les melons
– Les concombres
– Le miel

Les aliments qui se combinent bien :
– Protéines et salade sans féculents
– Glucides (hydrate de carbone) et tous les légumes
– La plupart des produits laitiers et salades sans féculent

Les exemples suivants donnent une idée du temps de digestion de divers aliments :
– Melons (pastèque, cantaloups, etc.) : environ 15 minutes
– La plupart des fruits (pommes, oranges, poires, cerises, kiwis, etc.) : environ 30 minutes
– Les fruits sucrés (bananes, figues, dattes, fruits secs, etc.) : environ 45 minutes
– Les légumes verts et faibles en glucides : environ 1 h15
– Les légumes féculents (pommes de terre, mais, carottes, etc.) : environ 1h45
– Les féculents légers (céréales, farines, etc.) : environ 2h30
– Les protéines végétales (noix, graines, légumineuses, etc.) : environ 3h30
– Les protéines animales (viandes, poissons) : environ 5 heures

Bref, porter attention aux combinaisons alimentaires est un choix d’hygiène de vie favorisant une santé optimale en limitant plusieurs troubles de santé associés à la digestion et en maximisant l’apport nutritif des aliments. Adoptez les combinaisons alimentaires une à la fois afin de favoriser l’assimilation de cette habitude de vie.

Tiré du livre Réveillez le médecin en vous – Guide pour prendre votre santé en main (éditions ATMA)

 

Autres articles par Geneviève Lafleur

L’acceptation de soi- Franck Lopvet – vidéo

« L’évolution tient plus du lâcher-prise que de l’action… » « Y’a pas besoin de...
Lire la suite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − 1 =

Plusieurs réponses aux inconforts et malaises corporels, tels flatulences, constipation, ballonnements, troubles digestifs et fatigue, trouvent leur issu dans les combinaisons alimentaires. Trop peu...
" />